1. youtube
  2. rss
 

اللهم إني أستغفرك من كل فريضةأوجبتها علي في آناء الليل والنهارتركتها خطأ أو عمداأو نسيانا أو جهلا

اعلانات المنتدى


أهلا وسهلا بك إلى منتديات أمل تلمسان.
أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم، إذا كانت هذه زيارتك الأولى للمنتدى، فيرجى التكرم بزيارة صفحة التعليمـــات، بالضغط هنا.كما يشرفنا أن تقوم بالتسجيل بالضغط هنا إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى، أما إذا رغبت بقراءة المواضيع والإطلاع فتفضل بزيارة القسم الذي ترغب أدناه.
الرئيسيةبحـثالتسجيلدخول
منتديات أمل تلمسان :: الأخبار

شاطر

2012-05-14, 15:30
المشاركة رقم:
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
Admin
الرتبه:
Admin
الصورة الرمزية


البيانات
الجزائر
firefox
ذكر
عدد المساهمات : 12330
تاريخ التسجيل : 17/03/2009
العمر : 25
التوقيت

الإتصالات
الحالة:
وسائل الإتصال:
http://www.amaltilimsan.net

مُساهمةموضوع: «France-Algérie : deux piliers d’un pont économique entre l’Europe et l’Afrique»


«France-Algérie : deux piliers d’un pont économique entre l’Europe et l’Afrique»




«France-Algérie : deux piliers d’un pont économique entre l’Europe et l’Afrique»






- Quel changement en matière de coopération économique peut espérer l’Algérie avec l’arrivée de Hollande au pouvoir en France ?


Avec l’alternance en France et le cinquantenaire en Algérie, on rentre
dans un nouveau cycle de développement de relations stratégiques et
économiques entre la France (porte de l’Europe) et l’Algérie (porte de
l’Afrique-Moyen-Orient) et pilier incontournable du Maghreb.
L’époque ancienne de développement économique entre l’Algérie et la
France a été jusqu’à présent largement sous-exploitée. Pourtant, il
existe des facteurs susceptibles de favoriser ce développement dont les
principaux traits sont d’abord la complémentarité entre les deux pays.
La France a besoin de l’Algérie et vice versa et cela est valable dans
plusieurs domaines, notamment l’énergie, l’agriculture ou encore les
TIC. Il y a d’ailleurs des milliers de PME qui souhaitent travailler
ensemble de part et d’autre de la Méditerranée. Ensuite, il y a de
véritable progrès dans la coopération universitaire entre les écoles et
les universités des deux pays.


En Algérie, il y a une véritable prise de conscience qui voudrait que
l’entreprise se rapproche de l’université, alors qu’en France, c’est
déjà le cas depuis longtemps. La coopération universitaire est un
facteur important de développement économique grâce notamment à la
R&D et au transfert de technologie et de savoir-faire. Enfin, le
troisième facteur réside dans le potentiel de cadres existant de part et
d’autre. Il y en a 2 millions en Algérie et à peu près entre 300 000 et
400 000 cadres et entrepreneurs algériens ou d’origine algérienne en
France et en Europe. Nous pensons que le partenariat entre des cadres
algériens de l’intérieur et ceux de l’extérieur est un facteur important
de développement économique durable et efficace, car ils pourraient
participer à l’accompagnement d’entreprises algériennes dans leur
développement en local ou bien l’accompagnement de multinationales qui
voudraient participer à de véritables projets industriels en Algérie ou
par le biais de sociétés mixtes. Il y a par ailleurs plus de 2000 cadres
supérieurs en Europe d’origine algérienne qui voudraient accompagner
des entreprises publiques ou privées algériennes dans leur processus
d’internationalisation. C’est un puissant levier pour accélérer une
internationalisation efficiente de l’économie algérienne. Grâce à ses
atouts, notamment les territoires des Hauts-Plateaux et du Sahara et son
capital humain, l’Algérie pourra à terme exporter toutes sortes de
produits et services dans toute la région euro-méditerranéenne...
Prenons un seul exemple, l’Algérie grâce à ses ressources naturelles
(potentiel de terres cultivables, l’eau et le soleil) pourra à terme
fournir toute l’Europe en produits bios sur un marché de plus de 300
millions de consommateurs ! La nouvelle gouvernance en France a pris
conscience de tous ces enjeux.




- Comment pourrait se concrétiser cette prise de conscience ?


En pratique, on sait déjà que François Hollande entretient une
excellente relation avec l’Algérie qu’il connaît bien. Il a pris des
engagements dans le sens d’un renforcement des liens économiques
puisqu’il a déclaré qu’il donnera un nouveau souffle aux relations entre
les deux pays. De plus, dans son équipe, il compte beaucoup de
responsables d’origine algérienne, ce qui constitue un bon signal.




- La France fait face à une forte concurrence sur le marché
algérien et semble y perdre du terrain. Que devra faire la nouvelle
équipe dirigeante pour se repositionner ?



En Algérie, le potentiel de développement est tellement élevé qu’il
y’a de la place pour tout le monde. Le plus important pour l’Algérie
c’est qu’il y a une prise de conscience sur la nécessité de développer
une nouvelle économie hors hydrocarbure tout en comptant sur les
ressources financières issues du secteur des hydrocarbures. A partir de
là, elle est en droit de développer des relations économiques avec tous
les pays qu’elle souhaite, la Chine, les Etats-Unis, l’Amérique latine,
l’Asie, etc., en font partie. Mais avec la France, on est sur une autre
dimension de par l’histoire et la quadruple proximité (géographique,
culturelle, linguistique et humaine).
Cela permettra à l’Algérie de développer ses relations économiques avec
toute l’Europe via la France. De plus, elle bénéficie du soutien de
plus de 3 millions de Franco-Algériens qui pourraient participer à ce
rapprochement. Par ailleurs, les relations entre la France et l’Algérie
sont basées sur un intérêt mutuel. La France constitue pour l’Algérie
une porte d’entrée sur le marché européen, alors que pour la France,
l’Algérie est véritablement une plateforme pour atteindre les marchés
de l’Afrique et du Moyen-Orient, ce qui représente un atout
considérable. En somme, la France et l’Algérie sont les deux piliers
d’un pont économique entre l’Europe et l’Afrique.




توقيع : moufdi



الــرد الســـريـع
..




مواضيع ذات صلة





تعليمات المشاركة
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى

BB code is متاحة
كود [IMG] متاحة
كود HTML معطلة